En matière de réveil, il existe deux catégories de personnes : celles qui parviennent dès la première sonnerie et sans difficulté à sauter du lit et les autres pour qui, malheureusement, démontrer une telle discipline dès le petit matin se révèle impossible. Désirant s’accorder un court rab de sommeil, ces dernières actionnent alors encore et encore la fonction snooze ou rappel. Mais saviez-vous qu’avoir recours à ce petit stratagème se révèle néfaste pour la santé? Explications. 

Mise en situation

Lundi matin, 5h59. Vous dormez paisiblement d’un sommeil sans rêve lorsque, tout à coup, la réalité vous rattrape : le bruit strident et désagréable au possible de votre réveil matin vous fait savoir qu’est venu le temps de vous lever. Mais la tentation est trop forte! Dans une ultime tentative de reporter à plus tard le moment fatidique, vous actionnez le bouton snooze. Et vous voilà reparti, avec bonheur, pour 10 courtes mais ô combien réconfortantes minutes de sommeil supplémentaires. Ce genre de pratique, qui compte de multiples adeptes, serait, selon les scientifiques, dommageable pour la santé.

Explications

En effet, les professionnels s’accordent à dire que ce fameux bouton magique servant à repousser nos obligations matinales dérègle le processus chimique lié au réveil. Il faut savoir que lorsque nous nous endormons, notre corps libère, entre autres, de la sérotonine dans notre sang. Cette dernière, également appelée la molécule du bonheur, nous plonge alors dans un état de contentement et d’engourdissement. Une fois rassasié de ces différents produits chimiques, le corps signale qu’est venu le temps du réveil. Pour qu’il soit facilité, ce dernier diffuse alors de la dopamine, chargée de supprimer les effets de l’état dans lequel nous nous trouvions jusqu’alors. Si, une fois réveillé, nous décidons de retourner dans les bras de Morphée, le processus chimique de réveil et d’endormissement rentrent en collision et c’est la cacophonie!

En outre, il est également bon de savoir que la qualité de sommeil dépend de la qualité du réveil. Se réveiller de la sorte pourrait réduire à néant les heures passées à récupérer.

De plus, ce temps « gagné » de sommeil n’est nullement réparateur puisque notre sommeil est régit par différentes phases dont seule la dernière est réparatrice, phase que nous n’avons nullement le temps d’atteindre en 10 petites minutes.

Aussi, l’utilisation de la fonction snooze entraînerait, selon certains scientifiques, des problèmes de concentration et de mémoire, de la fatigue ainsi que des sautes d’humeur.

En bref et face à ce constat, même s’il est tout à fait compréhensible de vouloir rester confortablement lové dans son lit, de surcroît lorsqu’il est équipé d’un matelas Oscar, il est préférable de prendre son courage à deux mains et de débuter la journée dès la première sonnerie. Consolez-vous, ce n’est qu’une question d’heure avant de le retrouver!

 

>> -65€ par matelas durant le mois de mars avec le code topmars19 <<
-65€ par matelas durant le mois d'avril avec le code topavril18